Vous êtes ici

COMMUNIQUE DE PRESSE CONJOINT: Lancement du projet « EBOTELI » de soins de santé maternelle et néonatale axé sur la santé de la mère et de l’enfant.

SIBITI, République du Congo – 27 août 2020, le Gouvernement de la République du Congo, la société Philips Health Care et le Fonds des Nations Unie pour la Population (UNFPA) lancent officiellement le projet « EBOTELI », basé sur des solutions innovantes et inclusives pour une réduction accélérée de la mortalité maternelle, néonatale et infantile en République du Congo.Depuis 2018, le Congo à travers le ministère de la santé, de la population, de la promotion de la femme et de l’intégration de la femme au développement s’est engagé avec la société Philips Health Care et l’UNFPA dans le projet : solutions innovantes et inclusives pour la réduction accélérée de la mortalité maternelle et des nouveau-nés dénommé « EBOTELI ».

 

En effet, malgré une baisse de près de moitié entre 2005 et 2015, le niveau de mortalité maternelle en République du Congo est toujours similaire à ceux des autres pays en voie de développement, où les femmes des communautés rurales rencontrent d’énormes difficultés daccès aux soins de santé de qualité. De nouveaux investissements dans les services et les infrastructures, la technologie et des solutions innovantes sont nécessaires pour continuer de baisser la mortalité maternelle dans ces localités.

 

Ce nouveau partenariat majeur avec le Ministère en charge de la santé et du genre a pour but d’améliorer la qualité des soins de santé maternelle et infantile et couvrir les besoins en soins obstétricaux et néonatals d’urgence (SONU) non satisfaits en soutenant le renforcement de l'écosystème de soins de santé maternelle et néonatale afin de contribuer à la réduction des décès maternels et néonatals d’au moins 50% au Congo. Le projet se fonde sur trois dimensions (gouvernance, solutions techniques et financement hybride).

 

Ce projet transformera les soins de santé en République du Congo en veillant à ce que la qualité des services soit améliorée, que les installations répondent aux normes de l'Organisation Mondiale de la Santé et que les capacités de prise en charge soient augmentées pour finalement réduire la mortalité maternelle et néonatale.

 

Ainsi, les établissements de santé dans les endroits reculés seront équipés de systèmes solaires et d'appareils à ultrasons portables, afin que le personnel de santé dans les formations sanitaires des districts puissent y identifier et gérer les grossesses à haut risque et fournir des soins obstétricaux et néonatals d'urgence. Les agents de santé communautaires desservant les communautés éloignées seront équipés de sacs à dos contenant des équipements nécessaires pour assister les accouchements, ainsi que d'un téléphone qu'ils pourront utiliser pour obtenir une assistance technique à distance.

 

Ce projet se réalisera en deux phases. Une phase de démonstration de 18 mois et une phase de passage à l’échelle sur une période de 4 ans.

 

La première phase va concerner cinq (5) districts sanitaires : les districts sanitaires de Ouesso et de Sembe, dans la Sangha, le district sanitaire de Talangaï à Brazzaville et les districts sanitaires de Sibiti et de Zanaga dans la Lékoumou.

 

La deuxième phase quant-à-elle sera mise en œuvre dans 47 autres districts sanitaires des zones semi-urbanisées et rurales de la République du Congo. Il s'agit notamment, du Pool, de la Likouala, de la Cuvette, de la  Cuvette-Ouest, des Plateaux, de la Bouenza, du Niari, du Kouilou, de Pointe Noire et d’autres districts de Brazzaville.

A terme, plus de 500 000 femmes et 70 000 nouveau-nés, principalement dans des zones reculées seront touchés par le projet.

 

Le lancement officiel de ce projet par le Premier Ministre, en présence des membres du gouvernement et des partenaires techniques et financiers traduit l’engagemnt du gouvernement à favoriser l’accès des populations aux soins de santé de qualité et abordables, et à accélérer les progrès vers la réduction de la mortalité maternelle et néonatale».