Actualités

Un partenariat d’un type nouveau au Congo : Le secteur privé s’engage !!!

27 May 2016

« Vivre avec la fistule est presque surhumain, c’est une maladie terrible accompagnée de douleurs extrêmes », explique Nsonda Prisca, une femme congolaise qui a souffert de 2008 à 2015, avant de pouvoir être opérée. « J’espère que la coopération entre l’UNFPA et le secteur privé va encore se développer pour que celles qui n’ont pas encore eu accès à l’opération puissent aussi en bénéficier. »

En République du Congo, un pays d’environ quatre millions d’habitants, il est estimé que plus de 400 femmes sont nouvellement touchées par la fistule obstétricale chaque année. Malgré cela, la fistule demeure inconnue pour la plupart des gens. Quand l’UNFPA Congo a questionné les populations, pas une seule personne n’a pu donner la bonne réponse. « Le mot fistule me fait penser au futur » est ce que l’une des personnes interrogées a répondu, une autre a associé la fistule à quelque chose en relation avec le réseau de télécommunications. L’UNFPA Congo avec ses partenaires nationaux et le Système des Nations Unies en République de Congo a profité de la journée internationale pour l’éradication de la fistule obstétricale, le 23 mai, pour mettre en avant les progrès et célébrer les nouveaux partenariats. Cet évènement était organisé en partenariat avec l’hôtel Radisson Blu M’Bamou Palace, récemment inauguré. 

Plusieurs femmes ayant souffert de la fistule obstétricale étaient aussi présentes et ont partagé leurs témoignages édifiants sur leurs transitions de l’humiliation à la réhabilitation. « L’investissement social joue un rôle très important dans les activités du Radisson, et je suis très heureuse que l’UNFPA nous ait sollicité. Je pense que c’est la première fois que j’assiste à une telle coopération entre un organisme des Nations Unies et le secteur privé. C’est un partenariat intéressant qui devrait être encouragé, parce qu’avec l’appui desentreprises du secteur privé, c’est plus facile de lever des fonds importants qui peuvent aider à rendre la vie meilleure », a dit Natacha Zoula, directrice des ventes du Radisson Blu M’Bamou palace.

Un sage a dit un jour « il n’y a aucun problème qui ne puisse être réglé ensemble, et très peu qu’on puisse régler soi-même ». Dans ce même esprit, plusieurs entreprises se sont réunies pour collaborer et accroître leurs connaissances sur la fistule obstétricale et proposer leur aide. Toutes les sources sont les bienvenues :contributions financières, mécénat de compétence, communication, intégration de femmes opérées de la fistule dans les équipes, etc. Durant cet événement, plusieurs entreprises parmi lesquelles le M’Bamou Palace de la chaine d’hôtels internationauxRadisson Blu, ont été récompensées par un certificat d’engagement à la lutte contre la fistule.

C’est le Radisson Blu qui a assumé les coûts de la cérémonie. En parallèle, le budget dégagé est alloué aux frais de prise en charge de trois femmes. Les opérations se feront à l’Hôpital militaire de Brazzaville dans les semaines à venir.« La fin de la fistule avec notre génération » est en cours de réalisation au Congo. 

Didace Bossassou, Directeur Général de Group Travel World, une autre société à avoir reçu un certificat, a révélé que ce fut pour lui une expérience émouvante d’entendre tous ces témoignages. « Plusieurs femmes sont affectées par cette maladie, et ayant nous-mêmes des mères, des femmes et des sœurs, nous devrions avoir le désir d’apporter notre contribution pour l’aide. Ce dont le monde a besoin actuellement c’est d’une bonne dose d’amour et parfois tout n’est pas qu’une question d’argent. Je pense que beaucoup peut être fait à travers le soutien moral et les encouragements, aussi bien que les autres formes d’assistance pour aider ces femmes à retrouver leur bien-être »

Pour une meilleure prise de conscience, l’UNFPA Congo a profité de l’événement pour projeter une nouvelle vidéo d’animation sur la fistule obstétricale et le moyen d’accéder à un traitement correct ; ce clip a été diffusé plus tard dans la soirée dans une des plus importantes chaines de télévision privées du Congo. Tous les participants sont rentrés avec une copie de la vidéo avec la promesse de la faire montrer à leurs collègues et amis. Les messages pour la fin de la fistule se propagent…